LE PREMIER CHANT

 

1.

Le premier chant n’est pas celui qu’on croit : il est celui qu’on ne croit pas.

Et si un chant est dit premier, c’est qu’il n’est pas premier.

 

2.

Le premier chant est avant celui qu’on croit premier, et il est en avant.

Le premier chant est toujours cru le dernier : et ça n’est qu’en dernier, à notre mort, au lieu dernier, qu’on reconnaît sa primauté.

 

3.

En premier, on croit premier le chant dernier,

et puis l’avant-dernier, puis l’antépénultième…

ainsi jusqu’au premier – véritable premier.

 

4.

Le premier chant est toujours reconnu en dernier ;

au début on le croit le dernier

– ou on ne l’entend pas.

il est celui qu’on ne croit pas.

 

5.

Le premier chant n’est pas celui qu’on croit premier en premier :

on ne peut croire au premier chant

on n’en a pas le temps :

Dès qu’on le sait premier

notre souffle s’envole avec lui

et le rejoint pour ne jamais finir.

 

Août 2007