PRINCIPES DE DÉPROSIFICATION

D'UN PETIT MAGISTÈRE

 

« Mercredi 2 Février 2011 / grâce à p. 149 /

je me ressouviens / d’une issue convenable / à ma déprosification »

Marginalia sur Le Principe Espérance, I, d'Ernst Bloch

 

 

 

Je ne veux pas     révolutionner la forme

                mais                         le fond du comble.

Je veux                 la sincérité (de la musique)

                                             (pas des gnagnas du nombril authentique qui crie autant de tics)

                             et non pas les pseudo-étincelles formelles

                                               du premier arriéré d'avant-garde venu.

 

*

 

Le prime jet     est en vers

comme, se succédant, de multiples jets irréguliers d’une même fontaine.

 

Mais le vers     je ne l’assume jamais au début

et soudain prosifie

pour « masquer » la poésie     par habitude crue en vers

et puis aussi, peut-être, pour que la forme soit conforme

                                             au préjugé que l’on se fait

                                             d’une écriture narrative.

Cependant ce dernier point ne se tient pas : il est idiot.

Et c’est surtout la sensation désagréable

d’avoir une forme de vers     alors que vraiment

on ne voit pas à quoi ça sert.

Bref : les premiers vers se camouflent (mais s’entendent) sous la prose

 

QUAND SOUDAIN

 

La lecture à voix haute du Chant

me pousse à griffonner sur cette prose     afin d’y (re)marquer les pauses.

Le Chant en prose est, pour lecture à voix haute, une insatisfaisante partition.

 

D’où

 

la première volonté de déprosification

pour muer le Chant écrit     en partition pour Chant oral

 

Or

on ne va pas réinventer pour la millième fois : leau tiède.

Le vers existe

ou plutôt     ce qui existe     c’est LE BLANC

                                                   réparti dans la page.

 

Il ne s’agit surtout pas de faire joli.

 

L’intention

est utilitaire.

 

Les lendemains ne chantent pas forcément

MAIS IL FAUT CHANTER LES LENDEMAINS

                                       (dont les germes sont dans le soubassement

                                        de notre présent.)

 

Or chanter nécessite une partition, du moins imaginale.

 

LA PARTITION IMAGINALE

du Chant

est destinée à se ficher

dans tous les Cœurs Intellectifs.

 

 

Vers et prose

 

sont

 

peuvent être

irrigués par la même Poésie.

devraient être

 

doivent être

 

 

Aller à la ligne     instaure un silence indéfini

                           dont l’arrêt peut durer     ou cesser aussitôt.

 

Mais le blanc, petit, petit par exemple autant que l’espace occupé par 5 lettres de « petit »

ce blanc petit entre deux mots sur une même ligne

désigne un silence qui peut ressembler au musicaux soupir, demi-soupir.

 

Ce silence petit,     il surgit dans une continuité

                              sans peut-être la briser :

car ce silence sur la ligne fait partie de cette ligne continue.

 

C’est pourquoi

aucun Chant d’Un petit Magistère n’a à être tout en prose ou tout en vers.

 

Ni même, d’ailleurs, avec des vers délimités dans des espaces laissés vierges par des blocs massifs (ou pas) de prose.

 

C’est LE RYTHME

qui COMMANDE.

 

À la fin,

je ne sais dire si la différence entre le vers et la prose

                           est tenable.

Même dans la prose, la ponctuation en fait des vers (pas si) cachés (que ça).

 

Tout est réglé.

     Dès rentré, j'harmonise tous Chants.

 

 

 

en 1 heure & en train depuis Lyon, le Jeudi 3 Février 2011